La slackline, pour le corps et l’esprit !

7/14/2016



Bonjour!
Aujourd'hui j'ai envie de vous faire découvrir une discipline qui commence petit à petit à se développer à Tours. Il s'agit de la slackline. Vous ne voyez pas ? Mais siii ce sport qui ressemble au funambulisme et qui consiste à marcher sur une sangle tendue entre deux points d'ancrages (arbres, poteaux) grâce à un système de tension! Il existe tout de même quelques différences comme le fait qu'il n'y a pas de balancier et qu'il faut garder l'équilibre à la force des bras et surtout du mental.




Rencontre avec Gaël, un slackeur assidu à Tours.
Bonjour Gaël! Comment as-tu connu la slackline? Et depuis combien de temps la pratiques-tu?
Bonjour ! J'ai connu la slackline grâce à des grimpeurs il y a presque 4 ans lorsque je pratiquais l'escalade. J'ai été séduit par cette nouvelle discipline qui a débarqué en France en 2005. C'était les débuts et il n'y avait pas encore de record français établis par exemple. J'aime ce sport qui, à la fois permet de travailler sa concentration, son équilibre mais qui est aussi marrant. 


Qu'est ce que cette pratique sportive t'apporte ?
Ce sport m'a permis de me lier d'amitié avec pas mal de personnes. Elles sont venues à ma rencontre par hasard mais aussi par curiosité. Je leur ai montré et maintenant nous en faisons régulièrement ensemble. 
Du point de vue physique, on travaille énormément son équilibre ce que je n'avais pas forcément l'habitude de faire avec l'escalade. Cela permet de développement un mental en acier ce qui m'aide à réussir les challenges que je me fixe mais aussi à me dépasser dans ma vie personnelle. D'ailleurs ce sport est très lié à l'escalade mais aussi au yoga.
Au final j'aime tellement ça que mon rêve serait d'ouvrir une salle d'escalade où l'on pourrait également slacker ou même d'organiser des évènements afin de faire connaitre ce sport.



Quels sont les lieux pour en faire à Tours? 
A Tours, il y a 4 endroits officiels dont certains arbres ont été marqués par la ville: le bois de Montjoyeux, le parc Sainte Radegonde que je fréquente beaucoup, l'Ile Simon et l'Ile Balzac.
Mais la slackline reste un sport qui peut se pratiquer partout si l'on choisit des arbres avec une circonférence assez large et que l'on respecte un minimum de règles de sécurité.


Comment faire pour débuter ?
Si vous souhaitez vous mettre à la slackline, je vous conseille vivement de vous rendre dans un des lieux que je viens de citer afin de rencontrer les slackeurs réguliers. Ainsi vous pourrez discuter et échanger avec eux. J'ai appris énormément comme ça et cela permet d'éviter d'acheter du mauvais matériel. Personnellement je slacke pieds nus afin d'avoir de meilleurs sensations mais il est tout à fait possible de le pratiquer en chaussures.



Où peut-on s'équiper?
Pour se procurer une slack, il existe une multitude de sites internet mais je vous conseille Slack.fr ou Slack-mountain.com. Dans les magasins de sport, le choix reste très limité.

De plus tout dépend de ce que vous voulez faire exactement sur une slack. Si vous souhaitez marcher sur une sangle et ensuite faire quelques figures statiques alors vous pouvez débuter avec une slack de 25m de long et d'une largeur de sangle de 2,5cm. Petit à petit vous pourrez augmenter les distances. A partir de 50m on appelle cela de la longline.


Mais il est aussi possible d'en faire au dessus de l'eau, c'est la waterline ou en hauteur (jusqu'à plusieurs dizaines voir centaines de mètres) c'est la highline. Pour les plus casse-cous on trouve également la jumpline qui permet de faire des sauts acrobatiques. Dans ce cas il faudra se munir d’une sangle spécifique.



D'autres conseils?
Pour démarrer, je conseille aussi de choisir un système de tension par mouflages et non par cliquets. On utilise ainsi la sangle elle-même pour la tendre entre les arbres. Pour les débutants, vous pouvez trouver des kits comprenant une sangle, deux élingues (cordes à mettre autour de l'arbre afin d'y accrocher la sangle), 2 protèges-arbres, 3 mousquetons et deux line lock (anneaux pour régler le mouflage primitif). Cela vous coûtera environ 100€.
Par ailleurs la sécurité est primordiale et je vous invite à toujours faire un back-up afin de vous protéger des projections de matériel en cas de rupture d'un élément.



La slackline est donc un sport complet pour le corps et l'esprit qui se renouvelle sans cesse et qui offre d'infinies possibilités!
Merci à Gaël pour cette interview et pour ses photos.

Vous pouvez aussi retrouver cette interview dans le magazine Glamnight du mois de juillet/août! 


J'ai commencé à m'y mettre mais j'ai encore du boulot! Et vous, êtes vous tenté par cette discipline? 

Vous aimerez aussi:

2 commentaires

  1. Coucou,
    Superbe découverte, je ne savais même pas que ce sport existait.
    Merci pour cette découverte
    Bises
    Donna

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires :)